La psychiatrie mobilise contre la réforme des soins sous contrainte

Le projet de loi sera voté mardi 22 mars. Malgré grève et pétition qui veulent mettre en garde contre un texte à logique sécuritaire et qui pourrait se révéler être une «erreur thérapeutique».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Le schizophrène n'est pas dangereux. Il suffit de connaître un seul chiffre pour savoir que la violence n'est pas la caractéristique de la maladie mentale: «Seuls 2,7 % des actes violents sont commis par des personnes souffrant de troubles psychiatriques», est-il écrit dans le rapport Violence et santé mentale, remis en 2005 au gouvernement après le meurtre d'une infirmière et d'une aide-soignante à Pau en 2004. Entendre que 97% des actes violents sont commis par les autres et que si l'on veut vraiment «protéger la société», ce n'est donc pas envers les fous qu'il faut prendre les mesures les plus coercitives.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal