Enfants étrangers déscolarisés: un parfum d'alternance

Par

Alors que la situation des dix-huit enfants de Rubelles (77), que le maire UMP refusait de scolariser, était au point mort depuis plusieurs mois, le préfet a enfin ordonné à l’élu de respecter la loi. Heureuse coïncidence, sa lettre est partie le 7 mai dernier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le revirement, c'est maintenant. Après un blocage de plus de huit mois, le préfet de Seine-et-Marne, Pierre Monzani, s'est semble-t-il rappelé qu'il était là pour faire appliquer la loi dans son département. Lundi 14 mai, les dix-huit enfants de familles étrangères placées en hébergement d'urgence vont enfin pouvoir faire leur rentrée à l'école de Rubelles, petite commune près de Melun. Le maire UMP, Jacques Baumann, qui refusait depuis octobre de délivrer à ces enfants un certificat de scolarisation a dû se plier aux injonctions du préfet, resté jusque-là bien discret.