La Parisienne Libérée : « Le grand marché transatlantique ne se fera pas »

Cette semaine, la Parisienne Libérée adresse une lettre ouverte au président Obama : there will be no transatlantic market !

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter


Documentation disponible sous l'onglet Prolonger
LE GRAND MARCHÉ TRANSATLANTIQUE NE SE FERA PAS (lettre au Président Obama)
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

B. Obama
Et ce soir, je vous annonce que nous allons lancer des discussions sur un partenariat global de libre-échange et d'investissement transatlantique avec l'Union européenne. Car favoriser un commerce juste et libre de part et d'autres de l'Atlantique, c'est soutenir des millions d'emplois américains bien rémunérés.
 
J. Kerry
Le Président Obama est persuadé qu'une opportunité réellement unique nous est offerte, celle de conclure un Accord de Partenariat Transatlantique pour favoriser les investissements et le commerce.
 
J. M. Barroso
Je suis enchanté de vous annoncer aujourd'hui que l'Union européenne et les États-Unis ont décidé d'entamer des procédures internes afin de lancer des négociations en vue de parvenir à un accord de libre-échange sans précédent : le Partenariat Transatlantique pour le commerce et l'investissement.
 
J. Kerry
Nous pensons que c'est quelque chose qui peut aider à stimuler l'économie de l'Europe, renforcer notre économie, créer des emplois pour les Américains, pour les Allemands, pour tous les Européens, et créer un des plus grands marchés alliés du monde.
 
F. Hollande
Ma position est la suivante. Je suis pour qu’il y ait une négociation qui s’ouvre pour lutter contre un certain nombre de barrières douanières ou de freins aux échanges de façon à favoriser la croissance. Mais il doit y avoir des garanties par rapport à certains domaines.
 
Y. Jadot
Nous avons entre la Commission et le Conseil un mandat de négociations qui évolue. Même les parlementaires européens n’ont pas accès à l’évolution de ce mandat de négociation.
 
E. Joly
Parce que vous savez que l’Union européenne, notre Commission, conduite par le libéral Barroso, a commencé les négociations d’un traité transatlantique, d’un traité de libre-échange avec les États-Unis. (...) La majorité aujourd’hui en Europe est très libérale, mais pour moi, ça, c’est la mort politique de l’Europe.
 
J. M. Barroso
Et je voudrais remercier les milieux d'affaires des deux côtés de l'Atlantique pour leur soutien.
 
Cher Président des États-Unis,
Je t’écris pour t’annoncer que le grand marché transatlantique ne se fera pas. Oui, je sais, c’est une huge opportunity, sans doute pour toi, mais pas pour moi. Alors voilà, j’ai bien réfléchi et j’ai pris ma décision. Finalement, c’est non.
Le grand marché transatlantique ne se fera pas.
 
Cher et honoré Président des États-Unis,
La commission européenne malheureusement t’a menti. Voilà comment sont les petits sergents, quand à force d’ambition ils se prennent pour des grands. À jouer les partenaires dans le plus grand secret ils ont voulu te plaire et t’ont mal informé, crois-moi.
Le grand marché transatlantique ne se fera pas.
 
Cher, honoré, et très respecté Président des États-Unis,
Sincèrement merci pour ta belle proposition de croissance. Mais en fait j’ai surtout besoin ici d’un peu de relance. Ensuite, il faudra voir. Qui sait, peut-être que plus tard je rouvrirai les négociations ? En attendant, sans hésitation, je garde mon maïs, mes données, mes normes et mes lois et j’évite les grands procès que les sociétés privées feraient à nos États.
Tu vois, pour toutes ces raisons-là, le grand marché transatlantique ne se fera pas.
 
Cher, honoré, très respecté et puissant Président des États-Unis d’Amérique du Nord,
Bien sûr je déplore que mes dirigeants n’aient pas le courage de te parler franchement. Alors avant que l’un d’eux ne t’envoie un courrier maladroit ou ne laisse un message sur ton répondeur, j’aime autant te l’annoncer de vive voix.
Le grand marché transatlantique ne se fera pas.
THERE WILL BE NO TRANSATLANTIC MARKET

Words and music : The Liberated Parisian

B. Obama
And tonight, I’m announcing that we will launch talks on a comprehensive Transatlantic Trade and Investment Partnership with the European Union. Because trade that is fair and free across the Atlantic supports millions of good-paying American jobs

J. Kerry
President Obama believes there is a really unique opportunity looking at us now, and that is for the Transatlantic Partnership Investment and Trade Agreement
 
J. M. Barroso
I’m delighted to announce today that the European Union and the United States have decided to initiate internal procedures to launch negotiations with the aim of reaching a ground breaking free trade agreement : the  Transatlantic Trade and Investment Partnership
 
J. Kerry
We think that this is something that can help lift the economy of Europe, strengthen our economy, create jobs for Americans, for Germans, for all Europeans, and create one of the largest allied markets in the world
 
F. Hollande
Here is my point of view. I'm in favor of opening negotiations in order to fight against a number of customs barriers and trade obstacles, and boost growth. But there must be guarantees regarding some sectors.
 
Y. Jadot
The content of the negotiating mandate is evolving. Even the Parliament members do not have access to the various versions of this mandate.
 
E. Joly
Because you know that the European Union, our Commission, driven by Barroso, in favor of free-market economy, has begun to negotiate a transatlantic treaty, a free trade agreement with the Unites States. (...) The majority in Europe today is very free-market-oriented, but for me, this means the death of political Europe.
 
J. M. Barroso
And I’d like to thank the business community on both sides of the Atlantic for their support !
Dear President of the United States,
I am writing to you to announce that there will be no Transatlantic Market. Yes, I know, it's a huge opportunity - maybe for you, but not for me. So I thought it over, and I have made my mind. My answer is no.
There will be no Transatlantic Market.
 
Dear and respected President of the United States,
The European Commission unfortunately lied to you. This is what happens when little soldiers, full of ambition, think they have power. Secretly plotting, longing to be partners, they wanted to charm you but misinformed you, believe me.
There will be no Transatlantic Market.
 
Dear, respected and highly regarded President of the United States,
I sincerely thank you for your generous promises of growth, but what I mainly need here, is a recovery plan. After that, we'll see. Who knows, maybe later I shall resume the negotiations ? Meanwhile, without any hesitation, I’ll keep my corn, my data, my standards and my laws, and I’ll avoid the gigantic lawsuits led by private corporations against our States.
You see, for all those reasons, there will be no Transatlantic Market.
 
Dear, respected, highly regarded, powerful President of the United States of America,
Of course, I regret my leaders lacking the courage to speak frankly to you. So, before one of them sends you a clumsy mail or leaves a message on your answering machine, I prefer delivering it straight to you :

There will be no Transatlantic Market.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

France
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Violences sexuelles — Enquête
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Économie
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali