mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Mediapart jeu. 29 sept. 2016 29/9/2016 Édition de la mi-journée

L’hôpital sud-francilien fait les frais de la privatisation

14 septembre 2011 | Par Carine Fouteau

Attention, naufrage! Le monumental hôpital sud-francilien, sorti de terre en janvier 2011, n'a toujours pas ouvert ses portes au public. Mais il coûte déjà trop cher. En cause: le partenariat public-privé, signé au bénéfice de la société de BTP Eiffage. Médecins, syndicats et élus locaux se mobilisent. Le directeur a claqué la porte. Un préavis de grève est déposé. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tout juste sorti de terre, le centre hospitalier sud-francilien (CHSF), conçu pour fusionner 27 sites, parmi lesquels les hôpitaux publics d'Évry-Courcouronnes et de Corbeil-Essonnes et le centre de réadaptation d'Yerres, a-t-il fait naufrage avant même son ouverture au public? Cet immense bâtiment d'une superficie de 110.000 mètres carrés, à l'allure ultramoderne, avec ses 1.000 lits et ses 20 blocs opératoires, n'est encore qu'une coquille vide, sans patient, ni médecin, mais sa mise à flot se passe si mal que le directeur de l'établissement, Alain Verret, vient de claquer la porte.