Abstention, FN: la victoire fragile de la gauche

Par
C'est un vote de rejet. Net, violent parfois (le score du FN), multiforme. Une sanction presque épidermique qui concerne un homme: Nicolas Sarkozy. Ce premier tour des régionales pourrait permettre, dimanche prochain, au PS de réaliser le «Grand chelem» dans les régions. Mais il ne signifie pas pour autant une adhésion retrouvée aux forces de gauche. Le record d'abstention (environ 53%) et le poids de l'extrême droite disent l'ampleur du malaise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un vote de rejet. Net, violent parfois (comme le montre le score du Front national), multiforme. Une sanction presque épidermique. Et une sanction qui concerne un homme, un seul: Nicolas Sarkozy. Ce premier tour des élections régionales pourrait permettre dimanche prochain à la gauche de réaliser le “grand chelem” dans les régions. Mais il ne signifie pas pour autant une adhésion retrouvée au parti socialiste et aux forces de gauche. Le record d'abstention (environ 53%) et le retour de l'extrême droite disent l'ampleur du malaise.