La Parisienne Libérée : «Le blues du parlementaire»

Cette semaine, la Parisienne Libérée chante le spleen du député : pas facile d'être la cinquième roue du carrosse démocratique !

Vidéo réservée aux abonné·es

Enquêtes exclusives, reportages, documentaires, entretiens…

Je m’abonne pour 1€

Résiliable en ligne à tout moment

Se connecter


La Parisienne Libérée chante le spleen du député : pas facile d'être la cinquième roue du carrosse démocratique !
CONTEXTE
Alors que le pouvoir socialiste a fait le choix d'une orientation politique plus libérale que sociale – pacte budgétaire, crédit d'impôt, non-réforme bancaire et bientôt examen accéléré de l'accord sur l'emploi – et que François Hollande envisage même la possibilité de légiférer par ordonnance, la position des députés et sénateurs de la majorité est de plus en plus inconfortable. Avec le scrutin majoritaire et la pratique de la discipline de vote, comment les élus peuvent-ils faire entendre des positions politiques différentes de celles de l'Élysée et de Matignon ?
Dans le contexte institutionnel d'une cinquième république marquée par une forte présence présidentielle, la marge de manœuvre des parlementaires pour animer un véritable débat démocratique est manifestement réduite. Cela n'empêche pas certains parlementaires de s'inquiéter ou de ruer dans les brancards, de manière plus ou moins ouverte.
SOURCES
Les images de l'hémicycle et du Palais-Bourbon qui servent de décor à ce clip sont extraites de la visite virtuelle proposée sur le site de l'Assemblée nationale. D'autres contenus sur l'histoire de l'Assemblée sont disponibles ici.
Pour en savoir plus sur l'activité de vos députés, vous pouvez consulter le site NosDéputés.fr
LE BLUES DU PARLEMENTAIRE
Paroles et musique : la Parisienne Libérée
Le pacte budgétaire et le crédit d’impôt
La réforme bancaire, à chaque fois j’avale mon chapeau
Bientôt je vais me transformer
En machine à voter
Illico presto l’accord des partenaires sociaux
J’ai le blues du parlementaire
Des fois, je me demande à quoi je sers
L’Élysée dirige tout et Matignon applique
Je suis comme la cinquième roue du carrosse démocratique
Mardi après-midi à la télévision
Ce n'est pas moi qu’on choisit pour poser des questions
Quand j’arrive pour faire la star
Il est toujours trop tard
En salle des Quatre-Colonnes pour moi il n'y a jamais personne
Oh j’ai le blues du parlementaire
Des fois, je me demande à quoi je sers
L’Élysée dirige tout et Matignon applique
Je suis comme la cinquième roue du carrosse démocratique
Ma vie est ponctuée de corvées épistolaires
Je reçois tellement de courrier que je ne sais plus quoi faire
Mon assistant répond
Moi j’accuse réception
Votre interpellation a retenu toute mon attention
Mais j’ai le blues du parlementaire
Des fois, je me demande à quoi je sers
L’Élysée dirige tout et Matignon applique
Je suis comme la cinquième roue du carrosse démocratique
Je devrais changer de parti, oui mais pour aller où ?
Sans passer à l’ennemi ni plonger dans un trou...
Au scrutin majoritaire
Deux éléphants, deux cimetières
Chaque nuit comme Don Quichotte je combats la discipline de vote (bis)
Oh j’ai le blues du parlementaire
Des fois, je me demande à quoi je sers
L’Élysée dirige tout et Matignon applique
Suis-je le pion ou le fou de la cinquième république ? (bis)
-------------
Les précédentes chroniques

Aéropub / Le patriotisme en mangeant / Les ciseaux de Bercy /La chanson de la corruption / Nucléaire Social Club / Le théâtre malien / La guerre contre le Mal / Le nouveau modèle français / Si le Père Noël existe, il est socialiste (2/2) / Si le Père Noël existe, il est socialiste (1/2) / Montage offshore / Le Pacte de Florange / La rénovation c'est toute une tradition / L'écho de la COCOE / Notre-Dame-des-Landes pour les Nuls / Si Aurore Martin vous fait peur / Le fol aéroport de Notre-Dame-des-Landes / Ma tierce / Refondons / TSCG 2, le traité renégocié / L'empire du futur proche / La route des éthylotests / Les experts du smic horaire / "Je respecte le peuple grec" / La bouée qui fait couler / Les gradins de la démocratie / Les casseroles de Montréal / Fralib, Air France, Petroplus... / Comme un sentiment d'alternance / La boule puante / Le sens du vent / Sa concorde est en carton / Demain est un autre jour / L'Hirondelle du scrutin / Huit morts de trop / Le rouge est de retour / Financement campagne / Je ne descends pas de mon drakkar / Quand on fait 2 % / Toc toc toc / Travailleur élastique / A©TA, un monde sous copyright / Y'a pas que les fadettes... / Les investisseurs / La TVA, j'aime ça ! / Votez pour moi ! / Les bonnes résolutions / PPP / Le subconscient de la gauche (duo avec Emmanuel Todd) / Un président sur deux / Mamie Taxie / L'usine à bébés / Kayak à Fukushima / La gabelle du diabolo / Les banques vont bien / Le plan de lutte / «Si je coule, tu coules...»

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À la Une de Mediapart

Violences sexuelles — Enquête
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Politique — Parti pris
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Europe
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Littérature
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant