Bouches-du-Rhône: Guérini prospère sur les ruines du PS

Par

Dans les Bouches-du-Rhône, la gauche peut perdre le département du fait de la candidature dissidente de Jean-Noël Guérini, le président sortant du conseil général aux nombreuses casseroles et mises en examen. Ce dernier mène une campagne aux accents populistes contre la métropole Aix-Marseille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marseille, de notre envoyée spéciale.- « Je ne suis pas de droite mais il y a des maires de droite ici. Je ne suis plus au PS mais il y a des socialistes dans cette salle, et des écologistes, des communistes aussi », lance, ravi, le sénateur Jean-Noël Guérini le 12 mars lors de son premier meeting à La Fare-les-Oliviers. Dans les Bouches-du-Rhône, la candidature de cet ex-socialiste à la tête d’un nouveau parti (Force du 13), au positionnement politique volontairement incertain, achève de brouiller les cartes des départementales des 22 mars et 29 mars.