Corse: les colossaux impayés de Paul Giacobbi

Par

Le nouveau patron de l’exécutif corse, Gilles Simeoni, accuse son prédécesseur d’avoir laissé derrière lui 100 millions d’euros d’impayés. Le député PRG impute cette polémique à la « mauvaise foi » des nationalistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Des téléphones qui n’arrêtaient pas de sonner. Et à l’autre bout du fil, des entreprises, des collectivités, des associations « qui, toutes, nous disaient la même chose : qu'elles attendaient d'être payées. Certaines depuis un an, d'autres depuis beaucoup plus longtemps ». Lorsqu’il évoque dans Corse-Matin son arrivée à la tête du conseil exécutif de Corse, Gilles Simeoni ne cache pas sa stupéfaction. « Nous soupçonnions assez fébrilement que nous allions trouver du lourd. Nous sommes tombés de haut. » Le 12 janvier, le nationaliste avait déjà évoqué le sujet en séance : « Nous avions eu l’occasion de dire qu’à notre avis, la situation financière de la CTC [collectivité territoriale de Corse – ndlr] était extrêmement préoccupante ; nos inquiétudes étaient en deçà de la réalité. »