100 000 morts en France: sans fleurs ni commémoration

Par

Rites bouleversés, cérémonies funéraires chaotiques : la mémoire des morts du Covid a été célébrée dans l’intimité des familles, au gré des restrictions. Mais la question d’une commémoration collective se pose.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La France vit désormais lestée du souvenir des 100 000 morts du Covid. Au-delà de la signification statistique et des écarts flagrants entre les territoires, le pays traverse une véritable « crise de mortalité », pour reprendre les mots de la sociologue Gaëlle Clavandier dans ce podcast sur ses travaux. Aux prémices de l’épidémie, cette même chercheuse faisait ce constat : « Ce qui fait une mort de masse, c’est aussi la chambre d’écho qu’elle provoque, qu’elle soit reconnue comme telle d’un point de vue social et sociétal. Là, c’est sans ambiguïté. »