En Essonne, NKM bataille pour son siège malgré le boulet Sarkozy

Par

Dans l'Essonne, celle qui a été la porte-parole sans états d'âme du candidat UMP tente de sauver son siège de députée et sa carrière politique. Privée de réserves de voix dans ce duel face au PS, elle doit composer avec l'étiquette Sarkozy qui lui colle à la peau et les appels de Marine Le Pen à la faire battre (vidéo dans l'article).

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ce sera très serré », reconnaît son équipe. Dans l’Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet bataille pour sauver son siège de députée mais aussi sa carrière politique. Cette 4e circonscription a toujours été acquise à la droite, “NKM” l'avait emporté avec 56 % des voix en 2007. Cinq ans après, elle est talonnée par le maire socialiste de Marcoussis, Olivier Thomas (39,46 % contre 36,29 %). Elle perd 7,5 points au premier tour quand il en gagne 11. Sans réserves de voix pour ce duel, elle est dépendante des 11,4 % d’électeurs du Front national. Mais avec l’étiquette Sarkozy et les appels de Marine Le Pen à la faire battre, la tâche est compliquée.