L’impasse des mobilisations citoyennes dans la Ve République

Par

La militante féministe Caroline De Haas avait réussi à créer un début de mobilisation, avec la pétition contre la loi sur le travail et son projet de « pirater la présidentielle ». Elle a finalement décidé de rejoindre Cécile Duflot, candidate à la présidentielle. Pourquoi donc, en France, les mouvements citoyens ne trouvent-ils pas de débouchés politiques satisfaisants ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle voulait pirater la présidentielle, mais c’est finalement la présidentielle qui l’a piratée. La militante féministe Caroline De Haas, l’une des têtes de proue de la mobilisation citoyenne contre la loi sur le travail, a surpris beaucoup de monde en annonçant rejoindre la députée écologiste Cécile Duflot, dont elle dirigera la campagne à la primaire d’Europe écologie-Les Verts (EELV). Une annonce qui ne dit mot des expériences militantes de ces derniers mois, et qui a pris de court ceux qui l’ont suivie dans sa quête d’un débouché politique dépassant le cadre actuel des multiples candidatures à gauche pour 2017.