« Je n’ai pas vu le mal » : le milliardaire Altrad se défend d’avoir corrompu l’ex-ministre Bernard Laporte

Industriel et propriétaire du club de rugby de Montpellier, Mohed Altrad a livré une prestation étonnante à la barre du tribunal correctionnel de Paris, mardi soir.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’après-midi est déjà bien entamée, ce mardi 13 septembre, quand la 32e chambre correctionnelle de Paris commence l’interrogatoire de Mohed Altrad. Ce grand patron du BTP et propriétaire du Montpellier Hérault Rugby (MHR) risque dix ans de prison pour avoir, selon le Parquet national financier (PNF), corrompu Bernard Laporte, le président de la Fédération française de rugby (FFR), ancien secrétaire d’Etat aux sports sous Nicolas Sarkozy et François Fillon. En dehors de la presse sportive, les grands médias boudent pour la plupart ce procès, ouvert depuis une semaine, et ils ont certainement tort.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal