Pollution : en France, les enfants pauvres sont les premières victimes

Par

Plus les enfants sont pauvres, plus ils sont vulnérables à la pollution, explique un rapport publié le 14 octobre, journée nationale de la qualité de l’air. Naître à Marseille à proximité d’un axe routier majeur, c’est être « victime d’une inégalité environnementale ».  

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une nouvelle fois, la journée nationale de la qualité de l’air, jeudi 14 octobre, n’aura pas été celle des inégalités sociales face à ses impacts sanitaires. Le ministère de la transition écologique a bien publié un bilan de la qualité de l’air extérieur en 2020. S’il détaille les dépassements de seuil pour différents polluants atmosphériques et publie des cartes des communes et territoires les plus impactés, il ne les croise pas avec les niveaux de revenus des habitant·e·s impacté·e·s.