Nicolas Sarkozy sur le patron de la DCRI : «Il nous est fidèle, lui ?»

Par

De nouvelles écoutes judiciaires montrent que Nicolas Sarkozy s'est inquiété l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la DCRI dans l'affaire Kadhafi pour l’informer des développements des enquêtes en cours. Les juges sont par contre parvenus à identifier une possible “taupe” de l'équipe Sarkozy, Tristan H., travaillant sur les questions libyennes dans les services secrets. Ils s'interrogent aussi sur le rôle d'un cadre dirigeant d'EADS.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Pour enrayer le cours d’une justice qui le menace, Nicolas Sarkozy est décidément prêt à tout. Mediapart révèle le contenu de nouvelles écoutes judiciaires qui montrent que Nicolas Sarkozy s'est étonné l'été dernier du peu de coopération de l'actuel patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) dans l'affaire Kadhafi afin de l’informer sur le contenu des investigations en cours, voire d'en empêcher les embarrassants développements. « Mais il nous est fidèle, lui ? », s'est-il ainsi inquiété auprès de son directeur de cabinet, en juin 2013.

Les juges en charge de l’affaire des financements libyens sont par contre parvenus à identifier une possible “taupe” de l’équipe Sarkozy dans ce dossier, travaillant sur les questions libyennes dans les services secrets intérieurs. Ils s'interrogent par ailleurs sur le rôle d'un cadre dirigeant du groupe EADS.

Une fois de plus dans cette affaire, les écoutes ordonnées par les juges ont parlé. Huit communications et deux SMS interceptés à l’été 2013 se sont avérés particulièrement instructifs pour les policiers de l’Office central de lutte contre la corruption.

Dans la cour de l'Elysée en décembre 2007. © Reuters Dans la cour de l'Elysée en décembre 2007. © Reuters

Le 21 juin 2013, à 14h44, le directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, l’ancien préfet de police Michel Gaudin, reçoit un appel d’un certain « Jean-Louis », que les juges ont identifié comme étant Jean-Louis Fiamenghi. Ancien patron du Raid puis du Service de protection des hautes personnalités (SPHP), Jean-Louis Fiamenghi a obtenu le statut de préfet grâce à Nicolas Sarkozy en 2010. Les deux hommes sont réputés très proches.

Lors de cette première conversation téléphonique captée par les écoutes judiciaires, Jean-Louis Fiamenghi prévient que l’une de ses relations a « des choses pointues à révéler » à Nicolas Sarkozy. L’“informateur” en question n’est pas n’importe qui : il s’agit de Philippe Bohn, actuel vice-président du groupe de défense et d’aéronautique EADS, selon les informations de Mediapart, du Point et du Monde. Ses bureaux et son domicile ont été perquisitionnés, le 26 mars, par les policiers dans cette affaire.

Né en 1962, Philippe Bohn est un fin connaisseur de la Libye — il a dirigé les activités africaines et moyen-orientales d’EADS — et il est très introduit dans les milieux du renseignement français, que ce soit à la DGSE ou à la DCRI. C’est aussi un homme politiquement engagé à droite, qui ne cache pas sa proximité avec son mentor Alain Madelin ou l’ancien ministre de la défense de Sarkozy, Gérard Longuet. Il a aussi été très actif durant la campagne présidentielle de 2007 en faveur du centriste François Bayrou.

Philippe Bohn © DR Philippe Bohn © DR

Après ce premier coup de fil, un rendez-vous Bohn/Gaudin/Sarkozy est immédiatement organisé, le jour même. D'après ce qu'a pu reconstituer Mediapart, le vice-président d’EADS est alors interrogé sur un diplomate libyen, Moftah Missouri. Ancien traducteur de Mouammar Kadhafi, Missouri fut en quelque sorte les oreilles et la bouche des relations franco-libyennes pendant près de quinze ans. « Il a pu arriver que je sois questionné sur des aspects techniques concernant le fonctionnement institutionnel de certains pays africains », a dit pudiquement à Mediapart Philippe Bohn. « Mais je n'ai pris aucune initiative en aucune manière pour renseigner qui que ce soit sur une procédure en cours dont je ne connais ni les tenants ni les aboutissants », a-t-il précisé.

La veille de la rencontre avec Philippe Bohn, le magazine d’investigation de la chaîne France 2, Complément d’enquête, avait diffusé une interview accablante de Missouri. Le diplomate y confirmait d’une part l’authenticité d’un document officiel libyen, révélé par Mediapart, selon lequel le régime de Kadhafi avait délivré en 2006 un accord de principe au déblocage de 50 millions d’euros pour l’équipe Sarkozy à l’occasion de l’élection présidentielle. Il indiquait d’autre part que, d’après ses informations, l’équivalent de 20 millions de dollars avait été effectivement versé. Voici un extrait de son témoignage, publié à l'époque par Mediapart :

Financement libyen de Sarkozy : un témoignage clé © Mediapart

Même si Nicolas Sarkozy soupçonne Philippe Bohn d’être un « combinard », son expertise semble être prise suffisamment au sérieux pour que l’ancien président en personne et Michel Gaudin appellent à deux reprises entre le 21 et le 24 juin l’actuel patron de la DCRI, Patrick Calvar, pour lui réclamer des comptes sur les liens de son service avec cet encombrant témoin libyen. Insistant, l’ancien président de la République demande au chef de la DCRI, comme s’il s’agissait d’un affidé, si ses agents avaient des informations sur lui. Patrick Calvar a répondu qu’à sa connaissance aucune enquête n’avait été faite sur Missouri — ce qui reste à démontrer.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale