Procès France Télécom: avant la crise, c’était déjà la crise

Par

La deuxième semaine du procès France Télécom a commencé au tribunal correctionnel de Paris, où sept anciens dirigeants de l'entreprise, dont l’ex-PDG Didier Lombard, sont poursuivis pour harcèlement moral ou complicité de harcèlement moral. La période troublée de 2002 à 2005, où le groupe achevait sa mue d’une société publique à une entreprise privée, annonçait la souffrance à venir. Et déjà, les représentants du personnel sonnaient l’alarme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le procès France Télécom, qui entre dans sa deuxième semaine, remonte le temps. Que s’est-il passé dans l’entreprise pour que la crise survienne ? La présidente du tribunal, qui a manifestement à cœur d’aller dans les moindres plis de cette affaire, s’est attaquée lundi 13 et mardi 14 mai à la période 2002-2005, soit juste avant que les suicides et dépressions ne prennent un tour industriel.