Les 30 nouveautés de la "Constitution Sarkozy"

Par
Les sénateurs doivent à nouveau examiner, mardi 15 juillet, la réforme des institutions, telle qu'amendée par les députés. Sauf surprise, ils ne devraient plus modifier le texte d'un iota, pour permettre à Nicolas Sarkozy de convoquer le Congrès à Versailles dès le 21 juillet, qui doit l'entériner. A cette occasion, Mediapart vous propose une présentation des mesures essentielles, en trois tableaux: le premier revient sur l'encadrement supposé des pouvoirs présidentiels, le deuxième sur le renforcement affiché des prérogatives du Parlement, le dernier sur les nouveaux droits des citoyens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La réforme des institutions aborde la dernière ligne droite. Mardi 15 juillet, les sénateurs entament une seconde lecture express, qui devrait déboucher sur une adoption sans amendement, identique à la virgule près au texte peaufiné par les députés. L'Elysée pourrait dès lors convoquer l'ensemble des parlementaires en Congrès le 21 juillet, pour faire entériner – à Versailles – sa nouvelle Constitution.