Le ministre de la justice se mouille pour deux procureurs

Par
Le garde des Sceaux veut imposer son directeur de cabinet au poste de procureur de Paris, et prend la défense du procureur de Nanterre Philippe Courroye. Les syndicats sont vent debout.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le ministre de la Justice Michel Mercier s'attire les foudres du Syndicat de la magistrature (SM, gauche) pour avoir décidé de proposer son directeur de cabinet, François Molins, au poste de procureur de la République de Paris. Dénonçant la «proximité avec le pouvoir exécutif» de François Molins, le SM «espère vivement que le Conseil supérieur de la magistrature aura à cœur de jouer pleinement son rôle de gardien vigilant de l'indépendance de l'autorité judiciaire» en retoquant sa candidature, annonce le syndicat ce samedi 15 octobre.