Retraites: face à la crise sociale, le gouvernement promet de prendre le temps

Par et

Après plusieurs jours de polémiques sur la date d’entrée en vigueur du futur « système universel », le premier ministre et le haut-commissaire à la réforme se sont affichés unis lors d’un débat organisé à Pau, dans la soirée, jeudi 14 novembre. Face à la tension sociale et avant la journée de grève du 5 décembre, Edouard Philippe et Jean-Paul Delevoye ont assuré qu’il n’y avait pas urgence à trancher les points douloureux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avancer pas à pas le long du gouffre, en croisant les doigts pour ne pas basculer avant d’être arrivé à bon port : la position de l’exécutif face à son projet de réforme des retraites est bien inconfortable. Trois semaines avant le 5 décembre, journée de protestation contre la réforme qui s’annonce très suivie, mais aussi devant les foyers de contestation qui s’embrasent les uns après les autres, et après plusieurs jours de cacophonie entre les divers acteurs chargés du sujet, Emmanuel Macron et son gouvernement ont pris conscience de l’ampleur de la tâche qui les attend.