Box vitrés: les avocats se mobilisent contre l’enfermement des accusés

Par

Dans les tribunaux français fleurissent des box vitrés derrière lesquels comparaissent les accusés, au mépris de leurs droits. En 2016, le ministère de la justice a souhaité généraliser cette pratique, qu’on rencontre en Russie. Des avocats ont assigné le ministère. Le procès se tenait ce lundi à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est toute une profession qui s’offusque, se mobilise et plaide pour le respect des droits fondamentaux. Lundi 15 janvier, dans le sillage du syndicat des avocats de France (SAF), des membres d’une vingtaine de barreaux s’étaient donné rendez-vous au Palais de justice de Paris pour demander la condamnation de la garde des Sceaux pour faute lourde. Le ministère de la justice a en effet installé un peu partout en France des box vitrés, dans lesquels comparaissent des prévenus. Ces cages, délimitées par des parois de verre ou des grilles, portent atteinte, disent les avocats, à la présomption d’innocence et aux droits de la défense.