Le lycée musulman Averroès, un symbole au cœur de la polémique

Par

Depuis la tribune au lance-flamme d’un professeur démissionnaire du lycée Averroès, unique lycée musulman sous contrat avec l’État, dans laquelle l'enseignant dénonçait l’obscurantisme des élèves, leur antisémitisme obsessionnel ainsi que le double jeu d’une direction proche des Frères musulmans, l’établissement est sous les feux des projecteurs. Enquête sur un lycée pionnier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille, de notre envoyée spéciale.-  La matière était inflammable, et a – sans surprise – embrasé les médias. La tribune accusatrice d’un professeur de philosophie démissionnaire du lycée Averroès, seul lycée musulman sous contrat, publiée dans Libération le 5 février dernier, a braqué les projecteurs sur cette exception du paysage éducatif français, dans un contexte post-attentats de Paris particulièrement sensible. La charge portée par l'enseignant Soufiane Zitouni contre son lycée est lourde. Il y dénonce un établissement avec des élèves obsessionnellement antisémites, engoncés dans une religiosité rétrograde et endoctrinés à leur insu.