Ségolène Royal emprunte quelques conseillers à Nicolas Sarkozy

Par

C'est une étrange «université populaire partici- pative» que Ségolène Royal a organisée lundi 15 juin à la mairie du IVe arrondissement de Paris. Non pas à cause du thème du débat : «Quel nouveau modèle de développement économique et social pour l'après-crise?». Mais à cause de la personnalité des intervenants que l'ex-candidate socialiste à l'élection présidentielle avait conviés pour apporter leur expertise, tels l'essayiste Jacques Attali ou encore l'économiste Jean-Paul Fitoussi, qui sont l'un et l'autre devenus des familiers de l'Elysée. Parti pris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est une étrange «université populaire participative» que Ségolène Royal a organisée, lundi 15 juin, à la mairie du IVe arrondissement de Paris. Non pas à cause du thème du débat, assez logique en ces temps de tempête sur la capitalisme : «Quel nouveau modèle de développement économique et social pour l'après-crise?». Mais à cause de la personnalité des intervenants que l'ex-candidate socialiste à l'élection présidentielle avait conviés pour apporter leur expertise : pour certains d'entre eux proches ou amis de Nicolas Sarkozy, ils ont été plusieurs à défendre les vertus du libéralisme et de la flexibilité dans des termes pour le moins inattendus. Et en tout cas dans des termes qui ne seront pas de nature à redynamiser la gauche, au lendemain de sa débâcle des élections européennes.