A Sciences-Po, il n'y a pas que les superbonus

Par

Après nos révélations sur les superbonus de ses dirigeants, la prestigieuse école de la rue Saint-Guillaume est en ébullition. Au CE qui s'est tenu jeudi, le bureau a carrément démissionné. Or, l'épluchage des comptes de Sciences-Po révèle d'autres surprises: factures de téléphone astronomiques, voyages et frais de mission de plusieurs millions d'euros chaque année...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Remous à Sciences-Po depuis les révélations de Mediapart sur les superbonus de ses dirigeants. Le comité d'entreprise qui s'est tenu jeudi matin, au surlendemain de la publication de notre enquête, s'est déroulé dans une ambiance de «pièce de théâtre», décrit un participant. Le bureau du comité a démissionné, notamment pour protester contre les pressions que la direction des ressources humaines exerce, selon eux, à l'encontre de certains membres.