Les cinq "garants" du "grand débat" ont été désignés

Par
Le gouvernement et les présidents des assemblées ont désigné jeudi les cinq "garants" du "grand débat national" lancé cette semaine pour deux mois par Emmanuel Macron afin de répondre à la crise des "Gilets jaunes".
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - Le gouvernement et les présidents des assemblées ont désigné jeudi les cinq "garants" du "grand débat national" lancé cette semaine pour deux mois par Emmanuel Macron afin de répondre à la crise des "Gilets jaunes".

Matignon a annoncé dans la soirée la nomination de l'ancien patron de la RATP et de la Poste, Jean-Paul Bailly, et de l'actuelle présidente de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), Isabelle Falque-Pierrotin.

Le politologue Pascal Perrineau a été désigné par le Sénat dont le président, Gérard Larcher, a dit préférer au terme "garant" celui d'"observateur" des échanges organisés dans tout le pays.

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, a choisi Guy Canivet, ancien membre du Conseil constitutionnel. Dans un communiqué, il salue un "grand serviteur de l'intérêt général, dont les qualités connues de tous lui permettront de veiller au bon déroulement du grand débat national, à son indépendance, son impartialité et sa transparence".

Le président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), Patrick Bernasconi, a désigné quant à lui Nadia Bellaoui, 43 ans, secrétaire générale de la Ligue de l'enseignement.

Deux membres du gouvernement - la secrétaire d'État Emmanuelle Wargon, pour la logistique, et le ministre Sébastien Lecornu, pour la coordination avec les élus - animent le "grand débat", ouvert sur le terrain et en ligne jusqu'au 15 mars.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale