EDF: «Que ferait-on à leur place?»

Les salariés d'EDF ont les yeux fixés sur la centrale de Fukushima. A la différence du gouvernement, ils ne pensent pas que le nucléaire français soit infaillible. Pour eux, le débat ne doit pas être circonscrit aux seules questions techniques. Ils témoignent du changement de culture intervenu depuis dix ans, remplaçant le zéro risque par la performance.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis vendredi, les salariés du nucléaire d'EDF vivent les yeux rivés sur la centrale de Fukushima Daiichi, regardant les images, quêtant partout la moindre information. Parce qu'ils en connaissent le fonctionnement, il y a des signes, non perçus pour les gens extérieurs, qui leur ont fait comprendre très vite la gravité de la situation.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal