En pleine crise du logement, faut-il continuer à démolir?

Par
Près de trente mille logements ont été détruits ces trois dernières années. Alors que ces programmes de démolition se poursuivent, et sont souvent le moyen d'obtenir des financements supplémentaires, un certains nombre d'acteurs s'interrogent sur leur utilité dans les opérations de rénovation urbaine. Lire également: les programmes de rénovation buttent sur la mixité sociale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2003, la loi Borloo est votée et le ministre délégué à la ville lance l'agence nationale de rénovation urbaine (ANRU). Jusqu'en décembre 2006, 157 conventions de rénovations urbaines sont signées entre l'Etat, les villes et les bailleurs. En trois ans, 28.500 logements sont démolis. D'ici 2013, ce sont 71.800 logements qui devraient disparaître, selon le rapport de l'observatoire national des zones urbaines sensibles (ONZUS).