Notre enquête: au fait, Claude Allègre est-il un si brillant chercheur ?

Par

Le «dégraisseur de mammouth» est de retour. Son entrée au gouvernement est presque officiellement annoncée. Ce sera après les élections européennes, assure Le Monde (cliquez ici), et pour prendre la tête d'un vaste ministère de l'innovation et de l'industrie. Mais Claude Allègre a réussi à se mettre à dos une bonne partie de la communauté scientifique. Car il a bâti sa carrière politique sur sa renommée de savant. Or des affirmations péremptoires et beaucoup d'erreurs font que son bilan de scientifique est critiqué. Enquête.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart a une première fois publié cette enquête en mars 2008. Il était déjà question de l'entrée de Claude Allègre au gouvernement.

 

Frissons d’inquiétude sur les pentes de la montagne Sainte-Geneviève où voisinent Normale Sup, le Collège de France, sociétés savantes, et laboratoires : on annonce le retour d’«Ivan le terrible», Claude Allègre. Coups de fil stupéfaits, déjeuners mouvementés, regards incrédules, soupirs abattus… L'éventuelle entrée dans le gouvernement Fillon de l’ancien ministre de Lionel Jospin suscite l’exaspération et les craintes d’un milieu déjà malmené par la disette budgétaire et les restructurations en cours. Car le cas Allègre dépasse les désaccords sur la politique de recherche. Il pose aux scientifiques un problème particulier : que faire de cette personnalité ayant bâti sa carrière politique sur une renommée de savant aujourd'hui contestée?

 

La controverse de la boule de pétanque et de la balle de tennis

 

C’est devenu un jeu chez les esprits les plus pointilleux : repérer les erreurs qui parsèment les livres publiés par Claude Allègre. D’une discipline à l’autre, chacun a son favori. Pour Joël Martin, physicien du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) aujourd’hui à la retraite, c’est Un peu de science pour tout le monde (2003, 60.000 exemplaires vendus). Il a consigné les méprises les plus flagrantes dans une lettre envoyée à l’auteur et à son éditeur, Fayard. Missive restée sans réponse. Il y a la mauvaise définition du joule, unité de mesure énergétique, pourtant enseignée au lycée ; le mauvais calcul de l’Unité Astronomique qui confond une distance traversée par la lumière en huit minutes et une parcourue en… 3,26 années.

 

Cette erreur a valu à Claude Allègre le « gluon d’honneur » de Scintillations, le journal de l’institut de recherche sur les lois fondamentales de l’univers. La liste continue avec une vision approximative de l’atome ; une mauvaise interprétation astronomique : « La lune tourne autour de la Terre parce que cette dernière exerce sur elle une force d’attraction de type gravitationnel », alors que c’est parce qu’elle tourne autour de la Terre que la lune ne tombe pas sur elle malgré l’attraction gravitationnelle. On note encore une définition erronée de la lumière « constituée de sept couleurs fondamentales » alors qu’elle est faite en réalité d’un dégradé de couleurs du violet au rouge. Enumération non exhaustive. Mais surtout se joue dans cet ouvrage un nouvel épisode de la controverse de la balle de tennis et de la boule de pétanque qui va opposer quatre ans durant Claude Allègre au Canard enchaîné.

 

Elle débute en 1999, sur un plateau de TF1, quand celui qui est alors ministre de l’Education nationale déclare : « Vous prenez un élève, vous lui demandez : vous prenez une boule de pétanque et une balle de tennis, vous les lâchez, laquelle arrive la première ? L’élève va vous dire : la boule de pétanque. Eh bien non, elles arrivent ensemble. » La semaine suivante, l’hebdo satirique corrige le membre de l’Académie des sciences : le principe énoncé n’est valable que dans le vide total. Dans l’air, « environnement le plus fréquent pour un ustensile sportif », la boule de pétanque touche terre la première.

 

Surprise, l’échange ne s’arrête pas là. Une autre lettre du ministre s’attire un nouveau démenti de l’hebdomadaire, lui-même suivi en 2003 d’une nouvelle justification par Claude Allègre dans son livre qui relance la discussion sur l’exemple, cette fois-ci, d’une boule de papier et d’un objet lourd. Dans un fax envoyé au Canard enchaîné, le prix Nobel de physique Georges Charpak confirme l’exactitude des propos du journal.

 

Cinq ans après la parution du livre, et près de neuf ans après la sortie du ministre, on trouve encore en 2008 des sites internet qui calculent la différence de vitesse de chute entre la boule de pétanque et la balle de tennis. Pour Joël Martin, « prise une à une, ces fautes passeraient inaperçues. Mais ce qui est remarquable, c’est la densité d’erreurs par ouvrage, et le refus de les corriger ». Raymond Pierrehumbert, professeur de géosciences à l’université de Chicago, a corrigé sur le site real climate un autre best-seller de Claude Allègre, Ma vérité sur la planète (2007, 90.000 exemplaires vendus) dans un article cruellement moqueur : «Les chevaliers de la terre plate».

 

Il y relève lui aussi des erreurs de base : confondre l’imprévisibilité de la météorologie avec la détermination de l’évolution du climat (« J’ai peine à croire que l’on puisse prédire avec précision le temps qu’il fera dans un siècle alors qu’on ne peut pas prévoir celui qu’il fera dans une semaine », écrit l’ancien ministre) ; manifester une ignorance patente des méthodes de calcul du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), prix Nobel de la paix 2007 ; affirmer que la disparition des glaciers du Kilimandjaro est due à un soulèvement tectonique et non au changement climatique ; contester le rôle du CO2sur le climat en ignorant un siècle de physique des gaz. « Avec sa litanie d’erreurs, d’idées fausses et de déformations de la réalité, il a renoncé à toute prétention d’être considéré sérieusement en tant que scientifique lorsqu’il parle du changement climatique », conclut le chercheur.

 

Son Dictionnaire amoureux de la science (2005) recèle lui aussi de gros impairs, touchant à des points fondamentaux de la philosophie et de l’histoire des sciences : notion de relativité grossièrement réduite à « tout est relatif » ; erreurs biographiques sur Albert Einstein ; explication inexacte du principe d’indétermination en mécanique quantique ; à propos d’Heidegger, reprise d’une idée reçue selon laquelle il aurait dit « la science ne pense pas » ; mauvaise explication de l’accident de la navette américaine Challenger. Là encore, la liste pourrait se poursuivre.

 

C'est un dur métier que d’éditer les manuscrits de Claude Allègre. Une correctrice, exigeant l’anonymat et refusant que soit cité l’ouvrage dont elle eut le brouillon entre les mains par crainte de représailles professionnelles, indique certaines des erreurs signalées à Claude Allègre, qui en refusa la correction. Elle souffle aussi avoir dû masculiniser ses commentaires écrits afin de passer pour un homme, pour gagner l’estime d’un auteur goûtant peu d’être corrigé par les femmes. Sollicité à plusieurs reprises par Mediapart, Claude Allègre n’a pas souhaité répondre à nos questions.

 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

L'idée de départ de cette enquête était de s'interroger sur les usages politiques que Claude Allègre, savant primé internationalement et couronné par la médaille d'or du CNRS, fait de son prestige scientifique, argument dont il use régulièrement pour asseoir ses propos, y compris les plus contestés, comme ce fut le cas sur le changement climatique.

C'est pourquoi il était très important que la grande majorité des chercheurs cités dans cet article apparaissent nominativement. En sortant du cadre habituel de la règle du "off" pour cet article, ils se libèrent de la logique de la petite phrase éventuellement médisante pour, au contraire, développer une analyse générale sur la vulgarisation des questions scientifiques.

La plus grande difficulté de cette enquête aura été l'impossibilité de parler directement à Claude Allègre qui a refusé à plusieurs reprises de répondre à mes questions. De la même manière, l'ensemble des collaborateurs de l'Institut Physique du globe que j'ai contactés ont refusé de me répondre, ainsi que les autres géologues sollicités, à l'exception du chercheur cité dans l'article.