Mandat de dépôt et inéligibilité requis contre Patrick Balkany

Par

Le maire de Levallois-Perret risque d’aller en prison dans le dossier le moins grave pour lequel il est jugé, celui de fraude fiscale. Le procès reprend lundi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fini de rire. Ce jeudi 16 mai, la tension est palpable à la XXXIIe chambre correctionnelle de Paris, qui juge les époux Balkany. Oubliées, les rodomontades et les blagues faciles du début du procès. Le maire (LR) de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) n'en mène pas large. Poisseuse, effrayante, la sale odeur de la prison semble être là, diffuse, dans la salle d'audience de ce tribunal flambant neuf. « Il ne met pas le genou à terre, ce n’est pas son genre. Il ne le dira pas, mais il est bourré de cachets, il est mort de trouille », plaide Me Éric Dupond-Moretti, le défenseur de Patrick Balkany, qui tente d'attendrir le tribunal avec l'espoir de limiter la casse.