Côte d'Azur : les « passe-droits » du roi d’Arabie saoudite

Par

Que pèse la loi littoral au regard du caractère politique et stratégique que revêtent les relations franco-saoudiennes ? Pas grand-chose. Les habitants de Vallauris Golfe-Juan (Alpes-Maritimes) en font la triste expérience. Cet été, leur plage publique sera interdite d’accès en raison de la présence du roi d’Arabie saoudite en son palais azuréen. « Raison d’intérêt général » oblige.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Je ne vais pas mettre en péril les relations franco-saoudiennes pour une histoire de dalle de béton ! » Philippe Castanet a beau être sous-préfet de Grasse, signer des arrêtés, accorder des autorisations, en refuser d’autres, faire la guerre aux plagistes pour qu’ils respectent la loi littoral, il ne peut que reconnaître que la situation, cette fois-ci, le dépasse. Voilà près d’une semaine qu’il tente de trouver une solution pour sortir de l’imbroglio estival dans lequel l’a plongé… le roi Salmane d’Arabie saoudite.