François Hollande, le retour amer à Florange

Par

François Hollande s’est rendu en Moselle pour repeindre en rose son quinquennat. Une «mascarade» pour les ouvriers, que ne digèrent pas deux des délégués syndicaux en lutte à l'époque de l'hiver 2012. « Depuis la trahison. »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Walter Broccoli, 61 ans dont 43 chez Arcelor-Mittal à Florange (Moselle), a « toujours voté PS par réflexe ouvrier ». La dernière fois, c’était en 2012 pour François Hollande. Les deux hommes s’étaient rencontrés pendant la campagne présidentielle quand le candidat socialiste avait égrené ses promesses aux métallos, juché sur une camionnette. Walter Broccoli l’accompagnait, il faisait partie des quatre syndicalistes à ses côtés sur le toit qui menaient la lutte des Arcelor-Mittal pour sauver leur usine sacrifiée sur l’autel de la rentabilité par le géant mondial de l’acier, l’indien Lakshmi Mittal. Il portait la bannière du syndicat minoritaire, Force ouvrière, et il croyait en « la gauche », en son pouvoir de s’opposer à la finance.