En Savoie, un village se mobilise contre l'expulsion d'une famille réfugiée

Par

Après avoir fui la guerre entre la Russie et la Géorgie, Marina et Emil vivent en Savoie depuis 2009 et y ont eu deux enfants. Les voici sous le coup d'une obligation de quitter le territoire depuis le 1er novembre. Le maire de la commune s'indigne de la décision et dénonce « la politique du chiffre » voulue par le ministère de l'intérieur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis le 1er novembre, Marina Grichina et Emil Levonian vivent cloîtrés, comme en état de siège, dans le village de Saint-Julien-Montdenis, 1 700 habitants, en Savoie. Elle est de nationalité russe, lui est géorgien. Ayant fui la guerre entre la Russie et la Géorgie, ils vivent dans cette vallée de la Maurienne depuis 2009 et ont deux jeunes enfants, nés en France. Voilà toute la famille sous le coup d'une « obligation de quitter le territoire français » signifiée par la préfecture au terme de six années de procédures.