Loi «sécurité globale»: un patchwork sécuritaire examiné à l’Assemblée

Par

Le texte des députés LREM, défendu à partir de mardi à l’Assemblée, comporte de multiples mesures en plus du floutage des policiers : généralisation des caméras-piétons et des drones, accès de la police à la vidéosurveillance des halls d’immeuble, pouvoirs renforcés pour la police municipale… Décryptage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le projet de loi Sécurité globale, dont les députés entament l’examen en séance publique mardi 17 novembre au soir, est un texte bien plus vaste que la seule disposition visant à interdire la diffusion de visages de policiers sur les réseaux sociaux, qui a monopolisé les débats jusqu’à présent.