De toutes les grandes institutions de la République, la Cour des comptes est la seule qui ne fasse jamais l’objet d’aucun contrôle de sa propre gestion. Ce statut dérogatoire n’est jamais évoqué dans le débat public, et encore moins contesté. C’est pourtant un tort, car la Cour des comptes, dont la mission est de débusquer les irrégularités ou les manipulations affectant les comptes publics, n’est elle-même parfois pas à l’abri des dérives qu’elle pourchasse. Pis que cela ! Ce statut d’exception donne visiblement à quelques magistrats qui la dirigent, et en tout cas au premier d’entre eux, Didier Migaud, un sentiment d’impunité si marqué qu’ils s’indignent à la moindre critique. Et sont encore moins capables de se livrer à un examen critique quand la Cour ou certains de ses magistrats sont mis en cause, à des titres divers.