Les quarts d’heure malvenus de l’hôpital de Saint-Girons

Par

La direction de l’hôpital de Saint-Girons en Ariège vient d’instaurer une nouvelle organisation horaire. La CGT et le personnel dénoncent un passage en force au moment où toutes les énergies hospitalières sont mobilisées sur le coronavirus. La justice pourrait leur donner raison.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Les agents ne comptent pas leurs heures, mais la direction, elle, compte nos minutes. » La colère « sourde et froide » d’Arnaud Sevin, secrétaire du syndicat CGT du Centre hopitalier d’Ariège Couserans (CHAC) à Saint-Girons, ne retombe pas. Le 9 avril, la direction de l’hôpital a informé qu’une pause méridienne de 20 minutes serait désormais décomptée du temps de travail de tous les agents travaillant huit heures par jour. Pour cette « mise à jour », « le logiciel Agiletime sera arrêté de 12 heures à 14 heures » prévient un courriel envoyé à l’encadrement, indiquant que « les codes affectation d’une durée de huit heures seront tous modifiés, leur durée passe à 7 heures 40 ».