Sur la ZAD, une nouvelle opération pour détruire des cabanes inhabitées

Par

Jeudi et vendredi, les gendarmes ont procédé à de nouvelles destructions d'habitats. Une dizaine de cabanes et maisons ont été évacuées, des lieux pour la plupart inhabités aujourd'hui. Les zadistes sont en « colère » mais sur le fond, le fait que tous les autres lieux soient désormais couverts par des dossiers et projets les rend optimistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Vous n'entendrez plus parler de Notre-Dame-des-Landes. » Vendredi matin, invité sur RMC et BFM, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb a annoncé que les opérations sur la ZAD prendraient fin vendredi soir. Une seconde vague d’expulsions, visant une dizaine de lieux, a commencé jeudi matin et s’est poursuivie vendredi. L'opération d'expulsion massive promise par l’État n'a finalement pas eu lieu. Jeudi midi, lors d’une conférence de presse, des zadistes avaient fait part de leur « colère profonde ». Mais un zadiste, interrogé par Mediapart, explique que leur tactique consistant à déposer des dossiers qui couvrent un maximum de lieux a fonctionné, au vu de la faible ampleur de l'opération en cours.