Suicide du mineur Denko Sissoko: la famille espère toujours faire reconnaître la responsabilité du foyer

Par Tomas Statius

Ce jeune exilé malien s’est suicidé en 2017 en se jetant par une fenêtre de son foyer. Ce jeudi 19 novembre, à la cour d’appel de Reims, la chambre de l’instruction doit se pencher sur le non-lieu prononcé en juillet dernier par un juge d’instruction. Mediapart a pu consulter l'enquête. « Les mineurs étaient mélangés avec d'anciens taulards », a témoigné un éducateur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Denko Sissoko, jeune exilé malien, s’est suicidé le 6 janvier 2017 en se jetant par la fenêtre de sa chambre, au 8e étage du foyer dans lequel il était hébergé à Châlons-en-Champagne (Marne). Très médiatisé, le drame avait mis en lumière le manque de moyens alloués au suivi des mineurs étrangers isolés. Ce jeudi 19 novembre, à la cour d’appel de Reims, la chambre de l’instruction doit se pencher sur le non-lieu prononcé en juillet dernier par le juge d’instruction à l’issue d'investigations auxquelles Mediapart a eu accès.