Fadettes des journalistes : peine clémente requise contre Squarcini

Par

L'ancien directeur de la DCRI est poursuivi pour avoir demandé l'accès aux fadettes d'un journaliste du Monde afin d'identifier ses sources pendant l'affaire Woerth-Bettencourt. Le parquet a requis 5 000 euros d'amende contre l'ancien proche de la Sarkozie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Surnommé le “Squale” pour sa capacité à naviguer dans les eaux troubles de la politique, l'ancien directeur du renseignement intérieur, Bernard Squarcini, limogé par la gauche pour ses accointances avec la Sarkozie, comparaissait mardi 18 février devant la XVIIe chambre correctionnelle du tribunal de Paris, pour « collecte de données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal et illicite ». Une peine passible de 5 ans de prison et 300 000 euros d'amende.