L'immobilier très familial du maire de Tarbes

Par

Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, est menacé par une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts et recel ». Les enquêteurs épluchent une série de ventes de biens municipaux acquis par des proches. D'après nos informations, l'édile a également subi un lourd redressement fiscal.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une « jolie maison » située au centre-ville de Tarbes, dotée de « très belles prestations » sur « 200 m2 habitables ». En 2012, quand la compagne du maire l’a revendue à plus de 400 000 euros, quelques années après l’avoir achetée à la ville pour une bouchée de pain, la petite annonce stipulait : « Curieux s’abstenir. » La justice est passée outre. Dans le cadre d’une information judiciaire ouverte pour « prise illégale d’intérêts et recel », une juge d’instruction de Pau décortique depuis septembre cette drôle d’affaire immobilière, en même temps qu’elle épluche une série d’opérations signées ces dernières années par le maire de Tarbes, l’ancien député Gérard Trémège. En cause : des ventes de parcelles municipales qui auraient profité à plusieurs de ses proches.