La Parisienne Libérée: «sa concorde est en carton»

Par

 

Chaque semaine, La Parisienne Libérée chante l'actualité. Aujourd'hui : Nicolas Sarkozy prononce son discours d'adieu devant un obélisque en carton !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Et en prime une petite chanson souvenir pour vous mettre d'attaque avant l'émission de ce soir :-)

SA CONCORDE EST EN CARTON
Paroles et musique : la Parisienne Libérée

On sait déjà tout de lui
De son œuvre et de sa vie
Sur sa psychologie
On a déjà tout dit
Et comme ça fait dix ans que ça dure
On ne peut plus voir sa figure
Ni en photo, ni en peinture
Ça devient vraiment très dur…
Il est temps de conclure.

C’est un président-santon
Dans sa crèche de Noël
Sa concorde est en carton
Son assemblée, en pastel
C’est un vieux manège tournant
Dans un décor de série B
Devant 30 000 figurants
Comme des petits pains multipliés !

[citation N. Sarkozy - 15.04.12]
"La vocation de la France c'est de parler pour ceux
qui ne peuvent pas parler, c'est d'être aux côtés des peuples
qui veulent être libres et notamment d'être aux côtés
des chrétiens d'orient quand ils sont persécutés"

On l’aura vu faire son jogging
A pied à cheval ou en voiture
Dans tous les magazines
Sur toutes les couvertures
Pour apporter dans le monde entier
La bonne parole aux mécréants
Le monde s’en est moqué
Bien évidemment…
Le monde est bien patient.

C’est un président-santon
Dans sa crèche de Noël
Sa concorde est en carton
Son assemblée, en pastel
C’est un vieux manège tournant
Dans un décor de série B
Devant 30 000 figurants
Comme des petits pains multipliés !

[citation N. Sarkozy - 15.04.12]
"Nous n'avons pas le droit ici, place de la Concorde,
de laisser dilapider l'héritage de la France Éternelle"

Il va falloir faire une cure
De désintoxication
Ranger la miniature
Et ses gesticulations
En parler c’était le promouvoir
Ne rien dire c’était encore pire
Et s’il est entré dans l’histoire
Il va falloir l’en faire sortir.

C’est un président-santon
Dans sa crèche de Noël
Sa concorde est en carton
Son assemblée, en pastel
C’est un vieux manège tournant
Dans un décor de série B
Devant 30 000 figurants
Comme des petits pains multipliés !