Eborgné par un Flash-Ball: de la prison avec sursis requise contre les policiers

Par

En juillet 2009, la police intervenait pour disperser une manifestation pacifique à Montreuil. Six tirs de Flash-Ball feront six blessés. L’un d’entre eux est énucléé. Alors que les policiers affirmaient avoir eu affaire à un groupe armé, l’enquête avait montré le caractère disproportionné de l’opération.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est le procès du Flash-Ball qui s’est tenu, du mercredi 16 au vendredi 18 mai, devant la cour d’appel de Paris. La justice rejugeait trois policiers accusés d’avoir tiré sur des manifestants à Montreuil en juillet 2009, éborgnant l’un d’entre eux. L’avocate générale a requis à l'encontre des prévenus des peines allant de sept mois à deux ans de prison avec sursis, assorties, selon les cas, d'une à deux années d'interdiction de port d'arme.