Ikea France renvoyé en correctionnelle pour espionnage

Par

Le marchand de meubles suédois avait mis au point un système d’espionnage de ses salariés, dont les syndicalistes, en recourant aux services illégaux d’officines privées et de policiers.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après huit ans d’enquête, dirigée par trois juges d’instruction successifs, Ikea France vient d’être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Versailles en tant que personne morale pour une longue série d’infractions : « recel d’informations provenant du délit de collectes de données à caractère personnel contenues dans un fichier par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite, et ce de façon habituelle », « recel d’informations provenant du délit de détournements de la finalité d’un traitement de données à caractère personnel, et ce de façon habituelle », « recel d’informations provenant du délit de divulgations illégales volontaires de données à caractère personnel nuisibles, et ce de façon habituelle », et enfin « recel d’informations provenant du délit de violations du secret professionnel, et ce de façon habituelle ».