Immigration: Nicolas Sarkozy organise la surenchère à droite

Par

Nicolas Sarkozy poursuit sa quête obsessionnelle de l'électorat FN. Après les repas de substitution dans les cantines scolaires, après le foulard à l'université, après le débat politique sur l'islam, il s'attaque à présent au droit du sol, laissant ses lieutenants le remettre en cause, et aux migrants, par quelques blagues douteuses.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avant, il trouvait que le droit du sol était « une tradition française » et que le droit du sang était une « bêtise ». Il attaquait vertement le Front national qui osait remettre en question ce principe. Il rappelait ses propres origines de « petit Français au sang mêlé ». Parlait de son père. Parlait du père de sa mère. Et jurait que jamais, au grand jamais, il ne toucherait à ce fondement du pacte républicain. C’était en 2012. Il y a trois ans. Autant dire une éternité à l’échelle du temps politique. Car aujourd’hui Nicolas Sarkozy n’est plus bien sûr. Il s’interroge : « Faut-il remettre en cause le droit du sol ? »