Contrôles d'identité: Valls enterre le récépissé et s'en remet aux policiers

Par

Présentant mercredi sa politique de sécurité, le ministre de l'intérieur a confirmé son opposition à l'idée d'un récépissé délivré à chaque contrôle d'identité. Il s'en est remis à la hiérarchie policière pour lutter contre les contrôles au faciès… Les associations protestent contre l'abandon d'une mesure soutenue durant la campagne présidentielle.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Présentant mercredi 19 septembre les grandes orientations de sa politique de sécurité aux cadres de la police et de la gendarmerie, le ministre de l'intérieur Manuel Valls a confirmé son opposition à l'idée d'un récépissé remis à chaque contrôle d'identité. « Il ne faut pas compliquer, de manière déraisonnable, le travail des policiers et des gendarmes sur le terrain, a-t-il déclaré à l'école militaire, à Paris. (Cette mesure) serait beaucoup trop bureaucratique et lourde à gérer, et porteuse de difficultés juridiques nouvelles en termes de traçabilité des déplacements et de constitution de nouveaux fichiers. »