Dans la Drôme, le village d'Allex se déchire sur l’accueil de migrants

Par

Le village d’Allex n’avait jamais connu pareille agitation. L’installation dans la commune d’un centre d’accueil et d’orientation (CAO) et l’arrivée prochaine d’une cinquantaine de migrants divisent la population. Et permettent d’utiles récupérations politiques dans le cadre de la présidentielle. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Allex (Drôme), de notre envoyé spécial.-  « Cette décision, je l’assume totalement. Je ne suis à la botte de personne. » La voix est claire et se veut ferme. Les coudes sont solidement posés sur la table mais les mains s’agitent et se cherchent. Le maire divers droite réajuste ses lunettes. « Il n’est pas question de remettre en cause la tradition d’accueil de la France, mais de donner la possibilité aux citoyens de s’exprimer face aux directives que l’État veut nous imposer. Ces derniers jours, beaucoup de gens sont venus me voir pour me dire “on t’a élu pour que tu nous défendes”. C’est pourquoi je souhaite organiser une procédure de consultation. »