Usul. Vivre ensemble, mais pour quoi faire?

Par Usul et Rémi Liechti

Le couvre-feu, instauré en Île-de-France et dans huit métropoles, et l’attentat terroriste de Conflans-Sainte-Honorine ont chacun imposé des récits politiques auxquels il n’est pas facile de proposer des alternatives.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

© Mediapart

En quelques jours, une double chape de plomb s’est abattue sur les Français. Le couvre-feu, instauré en Île-de-France et dans huit métropoles, et l’attentat de Conflans-Sainte-Honorine ont, chacun à leur manière, imposé des récits politiques auxquels il n’est pas facile de proposer des alternatives. Il faut donc faire de la lutte contre le terrorisme notre priorité, chacun est responsable. Il faut travailler, également, plus que jamais, pour la patrie. Il faut ensuite rentrer, vite, se calfeutrer, en silence.

> Suivez « Ouvrez les guillemets » sur Twitter, Facebook et YouTube.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous