A quoi servent les sénateurs (5/5) - Une bataille à couteaux tirés pour la présidence

Par
Lors du renouvellement d'un tiers de la chambre haute, dimanche, la gauche a progressé de 25 places mais ce résultat reste insuffisant pour lui permettre de participer de manière décisive au choix du président. Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher se disputent donc le "plateau". Alors qu'une primaire interne au groupe UMP devrait les départager, mercredi 24 septembre, Mediapart revient sur leur campagne et les réseaux dont ils ont joué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Vendredi 19 septembre, un courrier assassin a atterri dans les casiers des sénateurs, visant leur collègue Gérard Larcher (UMP), ancien ministre du travail en course pour la présidence du Sénat. Signé par un collectif jusqu'ici inconnu d'associations de la Vallée de Chevreuse, cette «note d'information» assène: «L'un des candidats déclarés [à cette fonction] a occupé le poste de président du SICTOM de Rambouillet, actuellement au cœur d'un très grand scandale concernant les ordures ménagères...» En pièce jointe, un article du Canard enchaîné de 2004, évoquant la garde à vue du bras droit de Gérard Larcher dans une affaire de malversations financières. On frise la diffamation, mais les termes ont été pesés. Dans la bataille pour le «plateau» (l'équivalent du «perchoir» de l'Assemblée), remis en jeu samedi 1er octobre, les coups volent bas.