A Marseille, les mineurs étrangers sont baladés d’hôtel en hôtel

Par

Une centaine de mineurs étrangers, pris en charge par le département des Bouches-du-Rhône, sont logés dans des hôtels bon marché, faute de place en foyer. Censée être provisoire, cette solution s’installe, alors qu’un Malien de 15 ans a tenté début août de se suicider en sautant du 4e étage de son hôtel à Marseille.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À l’entrée de l’hôtel Sainte-Marie, cours Belsunce (1er arrondissement), trônent un portrait du président algérien Bouteflika et deux canaris en cage. Comptez 25 euros pour une chambre simple, 50 euros la double. Une trentaine de jeunes y sont hébergés « provisoirement » depuis plusieurs mois par la Dimef (Direction des maisons de l'enfance et de la famille), l’une des deux structures missionnées par le département des Bouches-du-Rhône pour la prise en charge de ces mineurs étrangers non accompagnés (MNA).