A Calais, la vie «avec et contre» les migrants

Par

En un an, le nombre de migrants a doublé dans la «New Jungle»: six mille personnes y vivent dans des conditions épouvantables. Dans cette région où Marine Le Pen est tête de liste, la maire LR de Calais, Natacha Bouchart, n'hésite pas à dire que les migrants sont une «richesse culturelle» tout en les reléguant dans une ancienne décharge. Entre gestes de solidarité quotidiens et manifestations bras tendus, la ville est pleine d'ambivalences.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Calais, de notre envoyée spéciale. - Le jour, ils croisent leurs silhouettes dans Calais. La nuit, ils savent qu'ils tentent leur chance pour passer en Angleterre. Que pensent les Calaisiens de ceux qu'ils appellent les migrants ? Dans cette cité portuaire de 75 000 habitants, communiste jusqu'en 2008 et désormais à droite, ces voyageurs sont devenus un enjeu, mais presque tous ignorent ce que ces quelque 6 000 exilés de passage, relégués dans la boueuse « jungle » à l'écart de la ville vivent vraiment.