Le scandale de la prothèse qui «cisaille le vagin»

Par

Inventé par des médecins français, le Prolift, prothèse vaginale en plastique du laboratoire Johnson & Johnson, a été retiré du marché en 2012 pour cause de très graves effets indésirables. Il fait aujourd'hui l'objet d'un scandale sanitaire mondial.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Conçue pour soigner les descentes d'organes, la prothèse vaginale Prolift du laboratoire Johnson & Johnson, retirée du marché en 2012, fait aujourd’hui l’objet de multiples procédures judiciaires, raconte L’Obs dans la première enquête publiée en France sur ce scandale qui touche pourtant le monde entier. Les victimes décrivent une prothèse qui « cisaille le vagin », qui fait l'effet d'une « râpe à fromage » ou d’un « papier de verre ». Et qui parfois tire sur les terminaisons nerveuses, perfore la vessie ou le rectum, fait une boule au fond de la cavité vaginale, et rend les rapports sexuels impossibles.