Jusqu'ici, Kader Arif disait n'être « absolument pas » concerné par l'enquête judiciaire sur les sociétés de certains de ses proches, ouverte le 10 septembre à Toulouse (lire notre article). Il semble que la justice voie les choses un peu autrement.