France-Juppé invoque le "droit à l'oubli" judiciaire

Par
L'ancien Premier ministre Alain Juppé, dont la nomination au Conseil constitutionnel a été approuvée jeudi par la commission des Lois de l'Assemblée, a plaidé pour le "droit à l'oubli" judiciaire et assuré de son impartialité de futur juge.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

PARIS (Reuters) - L'ancien Premier ministre Alain Juppé, dont la nomination au Conseil constitutionnel a été approuvée jeudi par la commission des Lois de l'Assemblée, a plaidé pour le "droit à l'oubli" judiciaire et assuré de son impartialité de futur juge.